jeudi 28 avril 2011

Samoa: journal de bord 6: Savaii, l'autre île.

Me voilà en partance pour Savaii. La famille était triste que je parte, et j'étais vraiment attristée de les quitter aussi, ils étaient vraiment gentils. D'ailleurs je suis contente, je viens d'avoir des nouvelles d'eux!

Par un forum Samoan, j'avais demandé à des gens s'ils connaissaient leur village, et l'un des membres du forum se trouvait être un homme travaillant à l'administration et connaissant le père de cette famille. Il a pu les contacter, et il est en attente d'une nouvelle adresse où je pourrais leur écrire!

Quand je suis partie du village, les enfants ont pleuré quand je suis montée dans le bus.

Les bus ici ont un prix dérisoire. Quand je pense qu'on paye plus de 2 euros le ticket chez nous, pareil à Wellington... Ici pour plus d'une heure de trajet jusqu'au port, c'est 3 tala (80c d'euro). Alors forcément ce n'est pas de beaux bus modernes, et tout le monde est parfois les uns sur les autres, mais c'est un moyen économique de se déplacer.

Tout comme les dolmus (prononcez dolmouche) Turques, ils ne partent que lorsqu'ils sont pleins, et les gens du bus toquent sur le bois des fenêtres pour que le bus s'arrête. Il vaut mieux avoir la monnaie exacte, les chauffeurs n'en ont pas toujours! comme dans les taxis d'ailleurs. S'ils n'ont pas le change, ils ne rendent pas la monnaie.


Les Samoans en général vous sourient facilement, surtout si vous le faites en premier, ils peuvent être timides mais c'est surtout le cas pour ceux qui ne parlent pas bien anglais. Sinon, ils ont la mauvaise tendance de jeter leurs déchets n'importe où, à même le sol chez eux ou dans la rue, dans l'herbe... et ils font une version en samoan de la plupart des tubes étrangers, en les remixant bizarrement de façon pas toujours réussie (j'ai donc eu droit à du ABBA en samoan ou à "Un jour Lara" du vieux film "Docteur Jivago", ça m'a fait bizarre!)

On entend ces chansons dans les marchés, les bus, certains Samoans étant convaincus qu'il s'agit de chansons samoanes puisque dans leur langue. C'est un peu comme la France des années 80 où certains chanteurs repompaient sans vergogne des tubes américains pour réécrire totalement les paroles en français!

J'ai donc pris le bateau (il y en a un petit et un grand type ferry) pour l'île de Savaii. C'est une île beaucoup plus sauvage et moins peuplée, plus pittoresque aussi.


Sa partie sud-ouest a été ravagée par un tsunami en 2009. D'autres pays aident financièrement Samoa à reconstruire, mais l'argent est souvent mal employé et les villages reconstruits sans protection exactement au même endroit. Des digues inutiles et peu esthétiques ont été érigées à certains endroits dans la mer, gâchant le paysage. Cette île reste quand même celle qui a le plus de possibilités de jolies randonnées et qui referme des petits coins de paradis:


Le reste la prochaine fois! :)

.

vendredi 15 avril 2011

Samoa: journal de bord 5: Wild life!

Je sais, je ne mets plus souvent ce blog à jour, mon boulot est prenant, et comme je ne suis plus dans le vif du sujet... x_x mais j'ai toujours mon journal de bord, alors je le partage :)

A Samoa, on me posait souvent la question "mais qu'est-ce que tu as fait à ta peau?". Oui, ici, ils n'ont jamais vu de coups de soleil, ils ne savent pas ce que c'est! Ils n'en attrapent jamais avec leur peau bronzée. Leur autre question favorite, c'est "Tu ne veux pas un petit ami Samoan? les hommes ici sont forts", lol. Moi: "le mien aussi est fort". Eux: "ah bon? comme un samoan?" XD haha.

C'est vrai que vu comme les petits garçons grandissent ici, "à la dure", ils deviennent vite de solides gaillards.



Tout autour du village, il y a la jungle, et avec des jeunes filles du villages nous sommes allées à la chute d'eau où se baignent tous les enfants du coin. Les garçons se baignent en short, et les filles en t-shirt et short.

L'eau était bonne, et il n'y avait rien de vivant dans l'eau heureusement! Les locaux apprennent à nager avec des troncs d'arbre flottants. Le dimanche cependant, c'est le jour sacré où il ne faut pas trop faire d'activités, la plupart des gens restent dans leur "Fale".

Ils jouent aussi au Bingo quand ils s'ennuient!

Une sorte de petit loto qu'ils font à l'échelle du village, c'est assez amusant. Et puis ça m'a un peu appris les chiffres en samoan!

Contrairement à chez nous où les gens seraient offusqués de se faire prendre en photo chez eux ou sentiraient une intrusion dans leur vie privée, eux, ils adoooorent ça! ils étaient même vexés quand je ne prenais pas de photos de tout le monde. "Viens me prendre en photo quand je tue le cochon" "Hé, vas prendre en photo l'oncle machin quand il coupe du bois" "et la cousine truc qui tresse un panier, elle veut que tu prennes une photo d'elle!" Ils adorent montrer aux étrangers leur culture, artisanat, cuisine... En parlant d'artisanat, voilà le "marché aux puces" (mais en fait, marché artisanal) d'Apia:


Le marché des fruits et légumes est aussi coloré et intéressant, beaucoup de produit venant des plantations aux alentours (très bananesque tout ça en fait!):


Samoa, c'est tellement loin de tout que personne n'est vraiment répertorié, ou n'a d'adresse. Il paraît que c'est un projet du gouvernement, mais pas grand chose n'est fait. Ma lettre avec les photos n'est toujours pas ré-envoyée car les gens ne sont fichés nulle part! impossible de les joindre! tout marche par le bouche à oreille.

Le lendemain du White Sunday, c'est le jour du sport! les écoles organisent des petits tournois (course, touch-rugby (version soft du rugby où on touche l'épaule au lieu de mettre à terre), volley-ball...) et on y est allés avec la famille.

Juste spectateurs évidemment, même si certains membres ont participé! il y a toujours un vendeur de noix de coco à proximité, pratique car cela donne à boire ET à manger! :) un vendeur de jus de fruit avait un bidon, et tout le monde remplissait son gobelet directement dedans... c'est vraiment à la bonne franquette, il ne faut pas être super regardant!

J'ai aussi visité Apia, y étant restée plusieurs jours lorsque je n'étais pas avec la famille. On finit par la connaître par coeur, mais même si c'est une petite ville, il y a des choses intéressantes à voir. Comme ces mausolées étranges en bord de mer!


J'ai aussi visité la maison de Robert-Louis Stevenson, l'auteur de "L'île au Trésor" (il s'est assez inspiré des îles comme Samoa), "Docteur Jekyll et Mr Hyde"! il a fait construire une maison à Samoa car il adorait cet endroit, mais n'y a pas vécu longtemps (il était assez malade). Les Samoans l'aimaient beaucoup et l'appelaient "Tusitala" (Le conteur d'histoires). Sa maison coloniale est magnifique:


Les pièces à l'intérieur ont été laissées telles quelles, et sont très bien décorées. Il y a les oeuvres papier originales de l'auteur exposées dans sa chambre. Et ça date! allez visiter absolument cet endroit si vous passez à Samoa, c'est juste à quelques minutes d'Apia.


Peu après, je quittais la famille en les remerciant et en leur offrant de quoi faire un super repas familial, pour aller explorer l'île de Savaii... la suite au prochain article! ^^