mardi 21 décembre 2010

Bilan Nouvelle-Zélande: partie 3

Beaucoup de gens me demandent: "As-tu préféré ton année au Japon, ou celle en Nouvelle-Zélande?" Eh bien, c'est très différent. Ce n'est pas vraiment comparable. Au Japon, j'étais étudiante, je n'avais donc pas à chercher de travail, et on était plutôt bien encadrés (on nous a aidés à ouvrir un compte en banque, les assurances, etc... notre université organisait même des petits voyages d'un jour sur l'île pour nous montrer divers endroits touristiques). C'était Okinawa, petite île du sud du Japon, et la liberté et les choses à voir étaient donc plus limitées qu'en Nouvelle-Zélande. J'ai certes visité Kyoto et Tokyo lors de mes "vacances scolaires", mais je n'ai pas pu visiter le reste du Japon (j'y retournerai bien un jour...)


Mais il y avait un choc culturel, et c'était ça le plus intéressant. Ils ne pensent pas comme nous, ne font pas les choses comme nous, la langue est totalement différente, ainsi que la nourriture et bien d'autres choses. C'était très enrichissant à ce niveau là et ça m'a permis de découvrir une toute autre culture. On se sentait vraiment dépaysé.

La Nouvelle-Zélande est plus "occidentale", avec une culture très proche de l'Angleterre, à part tout ce qui touche à la culture maorie bien entendu. Le dépaysement culturel était donc bien moins fort, mais il est donc plus facile de s'y adapter aussi, de s'intégrer. En NZ, j'avais enfin beaucoup de liberté, je pouvais tout organiser moi-même, aller où je veux, quand je veux, sans l'aide de personne. J'ai dû trouver du travail, voyager, visiter sans que l'on me dise quoi faire ou où aller.


C'était donc très enrichissant au niveau "débrouille" et liberté. Sans parler de toutes les activités de folie que l'on peut y faire, des paysages à couper le souffle... en NZ, on ne fait plus qu'un avec la nature, on peut partir dans des randonnées de plusieurs jours en pleine nature, près des lacs, des volcans et des montagnes, ou en pleine forêt, camper, et ne croiser presque personne. Ce n'est pas le pays le plus jeune au monde pour rien, c'est un petit coin de paradis intouché au bout du monde, et c'est aussi cela qui fait son charme.

Les deux expériences étaient donc très différentes et je les ai autant appréciées l'une que l'autre :)

lundi 6 décembre 2010

Bilan: Nouvelle-Zélande, partie 2

Cette fois j'ai dit que j'allais parler du côté vie pratique en NZ :) car si vous venez en Nouvelle-Zélande, ce n'est pas forcément tous pour les mêmes raisons ou pour la même durée. Je vais donc plutôt me concentrer sur les cas de gens qui, comme moi, sont venus grâce à un Visa Vacances-Travail (VVT) qui est désormais disponible en nombre illimité (car peu de demandes) pour les gens de 18 à 30 ans. Plus d'informations ici: Faire une demande de VVT

Ce visa vous permet de rester un an en Nouvelle-Zélande et d'y travailler (mais pas dans tous les secteurs, voir infos sur le site). Le genre de jobs que les jeunes trouvent en NZ avec ce visa sont divers. Cela va du ramassage des fruits jusqu'à réceptionniste, en passant par des métiers comme serveur, cuisinier, etc... souvent dans les domaines de l'hôtellerie-restauration, tourisme ou agriculture. Tout dépend aussi de votre CV, expérience et qualifications!



Avant d'arriver, j'avais eu divers échos sur le marché de l'emploi en NZ. Certains étaient défaitistes, mais d'autres me parlaient d'Eldorado. C'était sûrement vrai dans le temps, avant la crise, mais maintenant il est plus dur de trouver du travail. Beaucoup de kiwis qui étaient partis en Australie et ayant perdu leur job là-bas (l'Australie n'est pas NON PLUS un Eldorado des jobs, oubliez ce cliché) sont revenus en NZ, car même si les salaires sont meilleurs en Australie, le coût de la vie y est aussi beaucoup plus élevé.

Mais au final, je pense quand même qu'il est plus facile de se trouver un job en NZ qu'en France par exemple. Les emplois sont aussi plus flexibles, et l'employeur peut pour ainsi dire vous virer du jour au lendemain. Les employeurs se méfient aussi des jeunes voyageurs: souvent, on va vous demander de rester travailler au moins 6 mois, mais ils savent que les étrangers qui ne sont là que pour un an préfèreront quitter le job plus tôt pour aller visiter les alentours... cela va jouer contre vous, mais si vous montrez que vous êtes sérieux, vous avez toutes vos chances :)



Le CV en NZ n'est pas structuré de la même manière qu'en France, allez donc sur internet trouver des modèles de CV Néo-zélandais. Ils ne sont pas très fans non plus des photos sur les Cvs, même pour des emplois de front office. D'où l'intérêt aussi de se présenter soi-même à l'entreprise/employeur pour déposer votre CV, et habillez-vous correctement (tailleur/veste etc) pour faire bonne impression (à part pour un job de ramassage de fruits peut-être...), car même si en NZ les gens sont plus décontractés qu'en France, on accorde aussi de l'importance à une bonne présentation.

Inutile de chercher un emploi depuis la France: ils veulent des gens disponibles qu'ils peuvent appeler dès le lendemain et voir en personne très vite. Préférez la candidature spontanée, c'est ce qui a le mieux marché pour moi :)

WOOFING / Help Exchange


Si vous souhaitez économiser sans forcément vous engager pour le longs mois de boulot, si vous avez déjà quelques économies de côté, ou que vous ne trouvez pas de boulot payé assez rapidement, il y a toujours le WOOFING ou l'Help-Exchange. Plus d'infos sur le site Woofing NZ . L'inscription est payante, mais vous aurez accès à une liste de fermes qui acceptent de loger/nourrir des jeunes gens membres, contre du travail à la ferme (vous n'êtes donc pas payé). Il faut que vous soyez intéressés par ce genre de travail! ce peut être s'occuper d'animaux comme des plantes, ramasser des fruits organiques... ne passez pas par le site internet pour acheter votre inscription, consultez plutôt la liste des librairies qui vendent le livre (avec la liste des fermes à contacter).

Personnellement j'ai préféré le Help Exchange, plus libre et plus varié. Un bon site: HelpX, vous y trouverez facilement (inscription payante mais moins chère que Woofing) la liste par régions des petits boulots proposés. C'est encore du volontariat, contre un peu de travail vous serez logé voire nourri (chaque annonce est différente, donc vérifiez bien avec l'hôte combien d'heures vous devrez travailler, quel genre de travail, et contre quoi). Là ce n'est pas forcément du travail en ferme, cela peut aller de la garde d'enfant jusqu'à du ménage, aider à repeindre un bâtiment, bricoler... l'idéal étant parfois de travailler en backpacker (auberge de jeunesse), vous aurez un lit au chaud pour environ 2h de travail (ménage, faire les lits...) par jour.

Autres sites de petites annonces (jobs payés ou pas) pour les voyageurs: Backpacker Board , ou encore Seasonal work NZ , ou Seasonal Jobs, et PickNZ

Bref des solutions pour voyager à moindre coût, les durées d'engagement sont variées, vous devrez voir cela avec votre hôte, ça peut aller de quelques jours à une à plusieurs semaines. Je ne suis tombée que sur des gens très gentils en faisant ce genre d'échanges, si vous m'écrivez je peux peut-être vous recommander certains endroits où je suis allée :) grâce à cela j'ai rencontré plein de gens supers et pu aussi économiser niveau logement et nourriture! certains seront aussi ravis de vous faire visiter les alentours.



Quant aux transports, je n'avais pas acheté de voiture, je ne peux donc pas vraiment vous conseiller, mais faites attention tout de même, je connais pas mal de gens ayant cru faire une bonne affaire mais dont la voiture est tombée en panne deux semaines après... une voiture c'est bien si vous voyagez en groupe, mais cela devient plus encombrant et plus cher si vous êtes seuls! moi, j'ai préféré acheter un pass de bus (Nakedbus ou Intercity, le pass le plus rentable étant Nakedbus je trouve). Le réseau de bus est très bien organisé en Nouvelle-Zélande.

N'hésitez pas à me poser des questions si vous en avez :)

mercredi 24 novembre 2010

Bilan : Nouvelle-Zélande, partie 1

Eh bien, que dire dans le bilan d'une année? c'était une magnifique expérience et je ne regrette pas d'avoir choisi la Nouvelle-Zélande pour visiter et travailler pendant un an. Quelques personnes, avant mon départ de France, me disaient: "Pourquoi ne vas-tu pas en Angleterre? tu peux aussi y parler anglais, et tu pourrais revenir en France plus souvent".




Mais non, l'Angleterre, c'est déjà plein de français, c'est la destination "cheap", comme j'appelle ça. C'est là où vont les gens qui n'ont pas trop envie d'investir dans un autre billet (mais attention, une fois là-bas, la vie est bien plus chère qu'en Nouvelle-Zélande, surtout à Londres) ou soit pas la volonté de vraiment s'engager et de vraiment partir et de prendre ses responsabilités. Ils se disent "si ça ne me plaît pas, je peux toujours revenir, c'est juste à côté".

Du coup, ça n'aide pas vraiment à se prendre en main. On rencontre des français partout, et les gens vites découragés qui ne trouvent pas un boulot au bout de deux semaines repartent chez eux. (Attention ce n'est pas le cas de tous ceux allant en Angleterre: je parle de ceux qui ont tendance à choisir cette destination qui leur paraît facile)



La Nouvelle-Zélande, c'est bien plus loin, on est forcé de se prendre en charge et d'aller de l'avant. Et persévérer, c'est souvent la clé :) et pour le prix du billet, il est certes à plus de 1000 euros, mais il suffit d'économiser. Avant de partir, je n'avais qu'un salaire d'apprentie! c'est donc à la portée de tout le monde: il faut juste connaître ses priorités ^^

C'est aussi un magnifique pays, très dépaysant, aux montagnes et lacs superbes, idéal pour les amoureux de la nature, des randonnées, des parcs naturels... pas besoin d'être forcément sportif! vous pourrez tester en Nouvelle-Zélande dans des décors somptueux et à prix moitié moins cher qu'en France beaucoup d'activités de l'extrême: saut en chute libre, rafting, parapente, saut à l'élastique, jetboat... en Nouvelle-Zélande, tout s'y prête!



C'est aussi le pays du Seigneur des Anneaux, de Narnia, des All Blacks. Cela génère beaucoup d'activité touristique, mais cela reste correct à mon goût, comparé au tourisme en France, la Nouvelle-Zélande paraît beaucoup moins "encombrée". Il y a certes des villes comme Queenstown où absolument toute activité est payante, mais rien ne vous force à y rester longtemps. Vous construisez vous-même votre voyage! :) ne vous précipitez pas, consultez les guides touristiques (comme le Guide des Frogs ou le Lonely Planet), et évitez de rester un seul jour par-ci par-là, vous fatiguerez vite et n'aurez pas le temps de découvrir en profondeur.

Visitez les deux îles! Les deux sont belles en été, cependant si vous avez un choix à faire, je dirais de faire l'île du nord en été et celle du sud en hiver. Pour les belles montagnes enneigées, forcément! :) et le nord étant surtout intéressant pour ses plages, activités en plein air, etc, il est mieux de le voir l'été.

Dans un prochain article, je vous parlerai du budget, des transports et de la recherche de travail, ça pourrait en intéresser certain(e)s qui comptent partir bientôt!

mercredi 10 novembre 2010

Abel Tasman national park

De Wesport, je suis allée en bus en direction du nord jusqu'à Nelson, puis Motueka. De Motueka, il est possible de réserver une navette qui va jusqu'à Marahau, un petit village qui se trouve juste à l'entrée du parc d'Abel Tasman. C'est de là que débute la fameuse randonnée, qui est l'une des "Great Walks" les plus populaires de Nouvelle-Zélande.


Je vous conseille "The Barn backpackers" à Marahau. Ils proposent des dortoirs mais aussi des sortes de petits bungalows/cabines à prix abordables, et se situe juste à côté du départ de la randonnée, et près de là où la navette vous dépose. Tout autour, vous pourrez voir de nombreux oiseaux (il y a même une ferme à lamas un peu plus loin). Un pukeko:


Mais faites vos courses avant de venir à Marahau, il n'y a qu'une petite boutique de l'autre côté de la ville, et les prix sont plutôt élevés. L'avantage de ce coin de la NZ est que c'est la partie la plus ensoleillée! :) j'ai eu un super temps pour la marche.


N'oubliez pas un chapeau, la crème solaire, de quoi manger et de quoi boire! car il n'y aura absolument aucun endroit où acheter des boissons ou de la nourriture pendant tout le reste de votre parcours. Je n'ai fait la marche que jusqu'à Anchorage (environ 8h aller-retour à rythme détendu) et je ne sais donc pas ce qu'il y a au-delà, mais vous pouvez vous renseigner sur les abris dans tout I-site (office de tourisme) du coin.



Une grande partie de la randonnée est à travers de la forêt, vous ne voyez donc pas la mer tout le temps, ce qui est un peu dommage (mais elle est jolie quand même), étant donné que la vue sur la mer et les plages sont magnifiques! parfois vous trouverez de petites bifurcations vous proposant de prendre un sentier allant sur la plage, n'hésitez pas! vous verrez ainsi beaucoup de faune locale.



L'avantage de la forêt, c'est qu'elle vous protège du soleil. Il est donc plus agréable de marcher, surtout si votre périple dure plusieurs heures! de jolies petites cascades font leur apparition de temps en temps:


Certaines compagnies proposent des journées ou demi-journées en kayak, avec un guide. Les prix sont assez élevés je trouve (rien à moins de 100$) mais cela reste une très belle expérience. L'eau a une magnifique couleur turquoise à bien des endroits :)



Si vous êtes arrivé à Anchorage ou à d'autres bases plus loin (emportez avec vous la carte des aquataxis), vous pourrez toujours attendre un aquataxi (ou le réserver à l'avance, très recommandé pour être sûr d'avoir une place), petit bateau à moteur qui amène ou ramène les gens par la mer. Ce n'est pas donné non plus, mais ça dépanne bien lorsque l'on s'aperçoit que la nuit va tomber avant que l'on soit revenus, ou lorsque l'on est un peu fatigué! Consultez les horaires sur leur brochure (attention, il y a plusieurs compagnies, et plusieurs horaires selon les saisons). Si vous en avez marre de marcher, vous pouvez aussi lézarder sur la plage comme moi :D



Si vous avez un peu de temps à tuer à Marahau en attendant la navette vous ramenant vers la "civilisation", je vous conseille fortement de visiter le jardin/galerie d'art qui se trouve tout près du début de la randonnée. Les sculptures sur bois sont de toute beauté!


Bref, Abel Tasman, une marche et un lieu magnifique à ne pas rater! :D

lundi 8 novembre 2010

Tanzalpine train et Pancake Rocks

Depuis Christchurch, il est possible de prendre le "Tranzalpine", un train qui relie la côte Est et la côte Ouest de l'île du Sud, passant par les South Alps et Arthur's pass, entre Christchurch et Greymouth. Le prix n'est pas donné, le moins cher en basse saison étant aux environs de 70$ par personne.


Je n'ai pas eu de chance avec le temps, je n'ai vu ni neige à Arthur's Pass (enfin si, tout en haut sur les hauteurs...) ni ciel bleu, il a plu pendant tout le trajet! mais le paysage était quand même impressionnant par endroits.


Le train en lui-même était très confortable, il y avait aussi un wagon où il était possible d'être à l'air libre pour prendre des photos... mais il est souvent bondé. Il y a de très belles gorges:


Vers Greymouth, on pouvait voir tout de suite que la côte ouest était bien différente de celle de l'est, beaucoup plus humide, et certains endroits ressemblaient à des rizières asiatiques ou à la forêt vierge! un américain me disait que les marécages lui faisaient penser à la Louisiane. Bref, très humide, très pluvieux:


Les lacs par temps de pluie avaient un certain charme, avec le brouillard au-dessus de l'eau:


Une fois à Greymouth, il pleuvait encore à verse! la gare était minuscule et bondée, rien à manger (à part des barres muesli super chères ou des chips qui ne comblent pas la faim)... heureusement mon bus n'a pas tardé. J'avais pris un bus Intercity car je n'étais pas sûre que Nakedbus s'arrête aux Pancake Rocks. Ma destination était Wesport (n'y allez pas, il n'y a strictement rien à Wesport, mais je devais m'y arrêter pour souffler un peu), et il y avait donc un arrêt-photo à Punakaiki, lieu des fameux Pancake rocks.



La singularité des ces rochers est cette stratification très marquée, ainsi que les "blowholes", des trous dans les rochers par où l'eau, soumise à une énorme pression, sort avec force. On était complètement trempés, il pleuvait vraiment beaucoup... mais ça valait le coup quand même :D

mercredi 3 novembre 2010

Oamaru :)

Après Dunedin, je suis montée plus au nord, le long de la côte est, pour atteindre la petite ville d'Oamaru. Elle est surtout réputée pour ses galeries d'art et ses pingouins! c'est aussi la ville natale du capitaine des All Blacks, Richie McCaw.


Un peu à l'écart de la ville, au-delà du port, un centre de protection et d'aide à la reproduction des pingouins bleus a été construit. Il est possible, chaque soir, d'assister à l'arrivée des pingouins (ils sont tout petits) qui regagnent leur nid (l'entrée à ce lieu est payante, on vous fait asseoir sur des gradins). Hélas, impossible de prendre des photos, car c'est interdit, et de plus, dur de prendre des photos de nuit! Attention sur le chemin du retour, plein de petits pingouins traversent la route juste devant vous, se cachent sous les voitures garées, etc!


Il y a aussi des galeries d'art et ateliers d'artistes un peu partout dans la vieille ville, dans d'anciens bâtiments surplombant le port.


J'avais eu beaucoup de chance avec le temps à Dunedin et Oamaru, et j'ai donc fait une jolie promenade jusque ses les hauteurs de la ville pour avoir une vue panoramique sur la ville.


La ville a aussi un très beau jardin public, ne le manquez surtout pas! très fleuri, très grand, avec des points d'eau et une petite réserve avec des oiseaux (paons, perroquets...), c'est l'endroit idéal pour faire une jolie balade.


La ville en elle-même n'est pas immense, il y a comme souvent dans les villes néo-zélandaises une grande rue principale avec des boutiques, le reste étant souvent des habitations, cela devient du coup assez limité au niveau de la découverte. Ne ratez donc pas la vieille ville, la vue sur le port, et le jardin public.


Il y a aussi une petite fabrique de fromage, où il est possible de voir (gratuitement) à travers des vitres la conception du fromage. Il y a aussi une petite boutique de dégustation juste à côté :)


Allez, prochainement, les Pancake Rocks de Punakaiki! :D

jeudi 28 octobre 2010

Dunedin !

Voilà donc, je continue avec mes photos et commentaires de mon périple en Nouvelle-Zélande, même si je n'y suis plus, j'avais pris du retard dans mes articles!

Après la visite de Doubtful Sound et de Queenstown, j'avais voulu visiter Invercargill, une des villes les plus au sud de la Nouvelle-Zélande. Mais suite à des problèmes de bus, cela me revenait un peu trop cher de passer à Invercargill (d'ailleurs tout le monde me disait qu'il n'y avait rien de spécial à voir là-bas). Je suis donc allée directement à Dunedin. Et là, miracle, le temps qui était froid et pluvieux jusqu'alors passe soudainement au beau fixe! la température monte, on pouvait même se balader en t-shirt!


Une très jolie ville, fondée par les Ecossais, car la région leur rappelait leur contrée d'origine. Ils la baptisèrent donc Dunedin, l'ancien nom d'Edimbourg. Un peu partout en ville, l'architecture rappelle la lointaine Ecosse. La photo ci-dessus est la magnifique université de Dunedin, digne des jolies université d'Oxford dans son élégance et sa splendeur.


Un très joli jardin botanique surplombe la ville, avec ses points d'eau, ses canards, et sa multitude d'arbres et de fleurs.


J'ai eu la chance de visiter le jardin au début du printemps, moment où fleurissaient les magnifiques cerisiers. Il y a de très belles promenades à faire dans ce jardin, et je vous le conseille fortement :) l'entrée est gratuite, et il se situe au nord de la ville.


Il y a aussi de nombreuses et jolies églises à visiter, la fabrique de chocolat Cadbury, où l'on peut voir comment ils créent le chocolat (hélas je n'ai pas pu faire la visite, mauvais timing), et des musées gratuits: The Settlers Museum, petit musée retraçant les débuts de la colonisation à Dunedin, avec les portraits des premiers colons, et l'Otago Museum, beaucoup plus grand et plus complet, où vous pouvez voir des collections d'objets d'artisanat polynésien des peuples de Fidji, Iles Cook, Vanuatu, Samoa, et des Maoris, ainsi que la faune préhistorique et actuelle du Pacifique sud, l'histoire de la région, et diverses collections d'antiquités grecques, asiatiques et égyptiennes. Pirogue maorie (whaka):



Impressionnant squelette de baleine:



Bref Dunedin est une ville très plaisante à visiter, si vous y allez, je vous conseille d'y passer au moins 3 jours. La grande rue principale est pleine de galeries intérieures et de boutiques, offrant donc la possibilité de se promener et faire du shopping même par temps pluvieux. Le seul château de Nouvelle-Zélande, Larnach castle, est visitable mais assez loin de la ville. Vous devez faire partie d'un tour organisé pour aller le visiter, mais il paraît qu'il vaut le détour.

samedi 23 octobre 2010

De retour de Samoa!

J'ai pas mal de mises à jour à faire! je les ferai depuis la France, car mon vol pour le retour au pays est le 25 octobre... eh oui, ça fait déjà un an que je suis en Nouvelle-Zélande, on ne dirait pas comme ça! merci à vous pour les commentaires et pour suivre mon blog avec intérêt! :D ça me fait plaisir!

Comme promis vous aurez des photos de tout ce que je n'ai pas encore posté (Dunedin, Oamaru, le tranzalpine train, les Pancake rocks de Punakaiki, Abel Tasman national park, Samoa), avec commentaires de ce que j'ai fait, et une grosse partie sur mon séjour à Samoa et ma vie dans une famille là-bas, version traditionnelle! j'étais invitée dans une famille et j'ai vécu dans un village typique au milieu de la jungle, c'était un vrai plongeon dans une toute autre culture!

En avant-goût quelques photos de Samoa, rien que pour vous faire baver :p là-bas, il fait 30 degrés toute l'année... ce n'est pas très loin de Tahiti, pour que vous puissiez situer, et à seulement 4h de vol de la Nouvelle-Zélande.




Et le fale (cabanon) sur pilotis c'était ma chambre :) (enfin je n'ai pas dormi que là):


La différence de climat entre Samoa et Wellington (d'où je prends l'avion) est vraiment énorme, là-bas je crevais de chaud, et ici c'est pull et manteau... enfin tant mieux, ça fait ça de moins dans la valise pour éviter le surpoids des bagages! à bientôt donc pour de nouveaux articles, j'ai tout un stock de photos, de vidéos, de conseils si vous venez en Nouvelle-Zélande, et de commentaires de voyage :)

vendredi 1 octobre 2010

Doubtful Sound et les Fjords

Je vous trouve bien timides en ce moment, n'hésitez pas à laisser des commentaires! :) vous n'avez pas de problème avec l'affichage des photos? si oui dites-le moi dans un commentaire (vous pouvez en laisser un même sans être inscrit!)

Voilà des photos de Doubtful sound, le fjord "voisin" du célèbre Milford Sound. Milford est plus célèbre car plus accessible et plus "court", mais à cause de la neige, le tunnel vers Milford Sound était bloqué. Hé oui, regardez cette neige (et les daims):


J'ai donc porté mon choix sur Doubtful (la croisière coûte plus cher, mais c'était le seul moyen!) et j'ai eu de la chance car la route qui y mène a été fermée le jour d'après! La route vers les fjords est magnifique:


Pour aller à Doubtful Sound, on doit prendre le bus jusqu'à Te Anau, puis traverser le lac Manapouri, et ensuite reprendre un bus pour traverser les gorges enneigées et arriver au Fjord. C'est vraiment chouette de voir la jungle sous la neige :) car oui, ce sont bien des arbres exotiques de la native rainforest.


On arrive ensuite au Fjord où l'on peut embarquer dans le bateau de croisière, et c'est parti! le ciel est souvent couvert dans cette zone, les moments de pur ciel bleu comme sur les cartes postales sont vraiment très rares. Mais ça n'en est pas moins impressionnant!


Il y a des chutes d'eau un peu partout, certaines assez petites et d'autres immenses qui tombent du haut des pics du fjord.


Il y en avait une en arrivant qui était particulièrement jolie, mais j'ai dû prendre la photo depuis le bus, donc désolée pour la qualité!


Tout au loin, il y a la mer de Tasman, celle qui se trouve entre la Nouvelle-Zélande et l'Australie. Depuis la mer viennent une multitude d'animaux, qui aiment nager et vivre dans l'eau des fjords, comme les dauphins, les phoques, les penguins, et même parfois les baleines. Hélas lors de la croisière, nous n'avons pas vu de dauphins.


Encore des chutes d'eau :) difficile de choisir quoi montrer ici, cela ne paraît pas forcément impressionnant en photo, mais tout était immense et très impressionnant.


Au retour, il y avait une petite visite de la centrale hydroélectrique du Lac Manapouri. Ils en ont eu du mal pour construire ça là, ça a coûté énormément d'argent et d'effort, mais la centrale produit une bonne partie de l'énergie du sud du pays. Il y avait d'énormes perroquets (j'ai oublié leur nom) à proximité! ils avaient la taille d'un chat. Non, je vous promets qu'ils ne font pas d'expériences radioactives sur les oiseaux de la région...


La route du retour était très belle, on l'avait vue enneigée à l'aller, et la voilà désormais toute verte et pleine de moutons et de petits agneaux! image typique de Nouvelle-Zélande:


Jolies couleurs de fin du jour sur les plaines:


Quelque chose que j'ai oublié de dire la dernière fois à propos du lac de Queenstown: c'est le 2eme lac le plus pur au monde, après un lac en Antarctique. L'eau est potable (mais personne n'essaye vraiment... l'eau du robinet c'est tellement plus pratique), et si pure qu'elle ne conduit même pas l'électricité.

La prochaine fois, Dunedin, puis Oamaru, le Tranzalpine train et les Pancake rocks! :) (je suis en retard sur mes articles, là je suis de retour dans les Marlborough sounds, à Nelson...)